“Grande pauvreté et réussite scolaire.” La Réunion plus que jamais concernée (28/11/2015)

confgrandepauvrete2Dans le cadre de la refondation de l’école, Jean-Paul Delahaye, inspecteur général de l’éducation nationale, a réalisé en 2004 un rapport sur le thème “grande pauvreté et réussite scolaire” qui dresse un état des lieux précis de l’influence du milieu social à l’école.

L’association ADT Quart-Monde créée en 1980 et présente à La Réunion fait écho à ce rapport en fédérant les acteurs de la communauté éducative autour de cette problématique.

C’est la représentante de ce mouvement, madame Elisabeth VERZAT qui durant près de trois heures a animé ce samedi 28 Novembre la conférence sur ce thème organisée par la Ligue de l’Enseignement. Pour Alain Bollon“Il s’agit là du cœur de la démocratisation de la réussite”. Thierry Volck rappelle tout d’abord la situation de la Réunion “les chiffres relatifs à l’échec scolaire sont alarmants à La Réunion principalement pour des causes sociales. Un jeune sur deux est aujourd’hui au chômage dans notre île”. Il est pertinent d’ajouter quelques chiffres à ce constat : 30% de la population active est au chômage et plus de 343 000 personnes, soit 42% des réunionnais, vivent en dessous du seuil de pauvreté.

La parole au public.

La volonté d’ADT Quart-Monde lors de cet échange était de faire circuler un maximum la parole au sein de l’assistance. Pari réussi puisque ce qui devait être une conférence a finalement tourné en véritable “Kozman”, donnant lieux à des échanges constructifs et à l’émergence de propositions plus que pertinentes.

La distance entre le corps enseignant et les classes les plus populaires a très vite été pointée du doigt par Étienne Butzbach qui préfère rejoindre le public pour plus de proximité.« Il y a un vrai problème à constater que les enseignants formés à Bac+5 s’éloignent petit à petit de la réalité des personnes en difficulté.”

Il proposera un début de solution en parlant de “stage d’insertion en milieu populaire pour les enseignants” une idée qui pourrait ne pas plaire à tout le monde. Le fossé culturel entre les populations est aussi au centre des débats, que ce soit au niveau linguistique ou tout simplement dans les habitudes de chacun.

Il semble qu’il existe également un clivage culturel entre le monde enseignant et celui dit “populaire”. “Il est important que les élèves et les parents ne se sentent pas exclu pour des raisons culturelles” déclare une parente d’élève faisant référence à une famille démunie récemment arrivée sur l’île. Elle poursuit “tout en conservant son intégrité ainsi que son aspect laïque, l’école doit s’adapter pour inciter les parents à entretenir des liens avec elle”.

Sur le même thème, Alain Bollon nous fera partager son expérience internationale “Les Touareg  par exemple acceptent que leurs enfants aillent à l’école dans la mesure où celle-ci ne détruit pas leur culture”. En définitive, il semble que l’un des éléments de solution à cette problématique soit une plus grande ouverture de l’institution éducative envers les parents pour permettre à l’école de prendre en compte la diversité, la complexité et les difficultés de la réalité de ces familles.

Dans cet esprit, une directrice d’établissement scolaire fait remarquer que “les projets pédagogiques comme les kermesses, les sorties scolaires ou encore les spectacles favorisent les liens avec les parents”, autant d’actions souvent coordonnées par La Ligue de l’Enseignement  à travers ses fédérations.

Plus silencieux qu’à son habitude, Alain Bollon n’a pris que rarement la parole mais a tout de même déclaré “Je souhaite que la richesse de toutes ces interventions soient compilées et déposées sur le bureau de notre chère Ministre” !

Légende de Gauche à droite :

confgrandepauvrete2

Étienne Butzbach, Elisabeth Verzat (ATD Quart-Monde), Thierry Volck (Ligue de l’Enseignement) et Alain Bollon.

 confgrandepauvrete

Une assemblée attentive et impliquée pour un débat citoyen et participatif

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *